lundi 25 juillet 2016

An interview with M. Alan Kazlev, founding member of the Orion's Arm project.

MAK.jpg
Image from Orion's Arm Contributors

An interview with M. Alan Kazlev, founding member of the Orion's Arm project.

On the occasion of the tenth anniversary of the start of the Orion's Arm project, some of the current senior members interviewed Australian Alan Kazlev about the early days of the website.

Steve Bowers: I'd like to ask you about your involvement with the Orion's Arm Project. This isn't the only major internet project you have been involved in; could you tell us about the others?

M. Alan Kazlev: Yeah, I've always had this thing about gigantic encyclopaedic type approaches! I'm also involved in Palaeos.com (the history of Life on Earth) which I really need to get back to, even to just do a bit of revision. I've got some great ideas for the project, but it's just a matter of finding time for it. Essentially it was just me & this other guy, Toby White; Toby's no longer involved. I'd love it to be a sort of Earth History nonfiction version of OA, the "greatest story ever told" so to speak. But that means getting the interest happening, and the palaeo community is much smaller than the SF community. There is an associated blog, Palaeos org, which is going well. Anyway we'll see what happens.

I wanted Kheper.net to be a collaborative project too, but couldn't get the interest. So it was just my thing. Currently I'm involved in a project along similar lines, called Single Eye Movement, perhaps it should be called Gnostic Eye Movement! Anyway this is organised by others, so I'm a lot happier; the less work I have to do the better!


Steve Bowers: What inspired you to start a space opera project?

M. Alan Kazlev: well I saw what was offering at the time, watching Star Trek on TV, that sort of stuff, and it occurred to me that so many of the stories were really cheesy; there is this big dumbing-down effect with anything produced by major studios, because the people who run the place aren't fans of the genre. For them it's just about making money. So I thought, imagine how cool something would be if it was created entirely by fans (or geeks, or whatever).

I only picked space opera because all the big fan franchise universes I liked were space opera. In hindsight, OA didn't become space opera, because space opera is all about a (usually stupid, but sometimes halfway decent) epic human drama (that what makes it opera). We had the world building, but not the story. It's very hard for me to write stories unfortunately, it always feels silly. But in hindsight it's a shame.

Steve Bowers: Tell us about the days before setting up the Yahoo group.

M. Alan Kazlev: At the time I was still involved with the Trekkies, I had some good friends there, who I met on IRC, it was really great fun, even write an academic essay about it, which was well received (IRC on AustNet - an example of a virtual community ). I was hoping they'd come over with me to OA, but only a few did; it was a totally different world to Star Trek, I guess much more demanding too.

I had met Donna on a different internet chat forum, called ICQ (which I never use any more). Donna & I were talking about writing a space opera type story (I don't remember if we even used the word space opera, but it never happened. I guess I wasn't ready to write epic fiction at that time. You need to be ready. Good fiction is a lot harder than worldbuilding. George Lucas was only successful because he got everything from the great mythographer Joseph Campbell. Asimov's Foundation seems to be based on Gibbon's story of the Roman Empire. I really do admire those guys like Aleister Reynolds and Iain M Banks and, in the realm of fantasy, J.R.R Tolkien and China Mieville, who are able to reach a good balance of epic worldbuilding and human story.

Steve Bowers: How did Anders Sandberg get involved, and how did his input change the direction of the Project?

M. Alan Kazlev: I was looking for good transhumanist worldbuilding ideas, and every time I looked for really good stuff, it seemed like the really good stuff was always scenarios Anders had written. For some time I felt really intimidated about writing to him & asking him to join, you know, the Wayne's World "we're not worthy" thing ;-) But in the end I did, he was reluctant at first but soon got enthusiastic; in the early days he was the one who basically created the whole OA universe, with small inputs and additions from myself & others. I'd never seen anyone so prolific or talented; he would churn out an empire a day, or write an incredible scenario during his coffee break

Steve Bowers: Were you already interested in Transhumanism before started Orion's Arm?

M. Alan Kazlev: Oh yeah. It was my main inspiration! At the time I used to think about the possibilities inherent in nanotech, & it just blew my mind. Now I'm a bit more sceptical about it. I can certainly imagine wet nano (bio nano), because that's what life is anyway, just bionano. But drexlerian assemblers seem to me too much like "magic" in the colloquial (not in the esoteric) sense. I know he's answered all the objections, and did ages ago, but it seems to me too much like Santa Claus, the TANSTAAFL sense of getting something for nothing.

So I'm still into the Singularity, transhumanism, AI, gengineering, buckyfibres, etc, but a bit more low key about it than I used to be.

Anyway, before OA, I'd watch stuff like Terminator II, brilliant movie as sheer entertainment fantasy, Big Arnie was perfectly cast, but the whole AI-phobic, evil Skynet thing seemed to me, and still seems, so stupid, this whole 'machines are evil & want to wipe out humanity' thing. So I wanted to create an alternative, on in which AIs that nurtured humanity and other sentient beings, along the lines of this poem: All watched over by Machines of Loving Grace.

I still love that poem; it is how I would love the future to turn out.

But OA itself began to be a bit too nice, I guess, because of this idealistic vision. John B was really good in that way by making the setting a bit darker, and hence more interesting, from a worldbuilding perspective.

Steve Bowers: Contributions from Aaron Hamilton, John M Dollan and the Ad Astra project added to the depth of material in the early days. How did they get involved?

M. Alan Kazlev: I think John just joined the Yahoo group. iirc I wrote to Aaron because I loved his Hamiltonian Institute of Exopaleontology website; I also wrote Richard Baker of Ad Astra. I had the idea of OA as a borg-like thing that could assimilate all these other scenarios, to create a super-scenario that is even richer and more diverse. It's not co-incidental therefore that I've also been attracted to philosophers like Ken Wilber who try to do the same thing with all of human knowledge, put it together in one big mash-up.

Steve Bowers: The project expanded to cover eight thousand years of history within a year or less. You must have put a lot of work into the project at that time. What was that like?

M. Alan Kazlev: Well, it was able to do that partly because it incorporated all these other settings, and partly because there were people like Anders involved. And if I had more time I could have written more original stuff, because I did have some original ideas, but a huge amount of work went into just reading and managing the list, converting stuff to html, etc. I put in 8 to 14 hour days, 6 or sometimes 7 days a week. The mail list was the worst, it chewed up a huge amount of time!

That was ten years ago, I could never do it now, don't have the energy any more, getting old maybe, or lazy, or want to explore other things

Stephen Inniss: In which ways does the current project differ from your original conception?

M. Alan Kazlev: It's not just that, it's that if I had to start the project again it would be very different to what it was, because I'm a different person now with different ideas.

But yeah, it does differ quite a lot; I find it more intellectual, more formalised. I wanted there to be a lot of mystery in it, a lot of stuff left unexplained. If you explain everything it loses its magic. The power in writers like H.P.Lovecraft is that he never really explained what the Old Ones were like. he just dropped hints. Or occasionally when he did describe them, those were the weakest parts of his story! If something isn't explained, there is a space for the imagination, and every reader or participator can put what is meaningful & profound and numinous to them in that space. It's like Zen paintings, which just consist of a few brush strokes. They're mostly just empty canvas. But in that emptiness there is more meaning than any amount of detail can put in!

Here I am referring of course to the AI Gods; I envisaged them as vast, inscrutable, capricious yet ultimately benevolent, their intentions, thought processes, and technology utterly beyond human comprehension, like a paleolithic animist faced with large scale forces of nature. Modosophonts (love that term!) live on them, like fleas on an elephant, are used by them, like farmers growing a field of wheat, but don't know how, or why.... I guess that was my idea of how they should be, like the other side of Singularity, utterly unpredictable in every way...

then cross that with the capriciousness of Homeric gods, and the numinosity of Jungian archetypes...

& the transapients their equally inscrutable messengers, like medieval archangels, or, more frightening, godlings in the making.

Maybe that sort of ideal could never have been achieved, how can one write about things like that? But that's how I imagined it.

Stephen Inniss: Of the project goals that haven't yet been achieved, which ones do you find the most attractive?

M. Alan Kazlev: Well, I think that OA would be absolutely amazing as a MMORPG; that would be just awesome. Because that's where explaining things and filling out detail is great! I really hope that side of the project happens one day.

Of course Giulio Prisco almost got this happening, but at the time I was in another headspace. Maybe if I had been more involved we'd've presented a better case & something could have happened. I find it hard to go back to projects I am no longer creatively involved in. My inspiration moves on. But it would be great if one day there could be an OA MMORPG. Maybe also pen & paper role-playing, a GURPS wordbook or some such.

Stephen Inniss: Of the project goals that haven't been achieved, which (if any) seem to you to be less important than they did at the start?

M. Alan Kazlev: At one time I really liked the idea of miniatures along the lines of Games Workshop, with rules and models and stuff. But now I don't see how it could work, because transapient entities would be too powerful and unbalance the game.

Cheers guys :-)

See also:

Orion's Arm: The Early Years

12 commentaires:

Je a dit…

George Lucas est un réalisateur, scénariste et producteur américain né le 14 mai 1944 à Modesto en Californie.

Issu de l'école de cinéma de l'université de Californie du Sud à Los Angeles, il cofonde avec son ami Francis Ford Coppola le studio American Zoetrope puis crée sa propre société de production : Lucasfilm. Il commence sa carrière de réalisateur avec les films THX 1138 en 1971 et American Graffiti en 1973. Il connaît ensuite la consécration avec les deux premières trilogies cinématographique Star Wars. Énorme succès au box-office, la saga galactique fait de lui un des cinéastes les plus reconnus et fortunés du cinéma américain mais aussi complique sa vie notamment à cause de ses relations parfois difficiles avec les fans.

Lucas est aussi le créateur et scénariste de la saga Indiana Jones, réalisée par son ami Steven Spielberg. Il produit également d’autres films comme Labyrinthe (1986) ou Willow (1988) et des séries télévisées issues de ces sagas comme Les Aventures du jeune Indiana Jones (1992-1996) ou Star Wars: The Clone Wars (2008-2014). En 2012, il vend sa société de production au groupe The Walt Disney Company et annonce qu'il prend officiellement sa retraite.

Il tire son inspiration des séries télévisées vues dans son enfance et des différentes mythologies. Il est également influencé par le cinéma expérimental. Il permet au monde du cinéma une grande révolution technologique notamment au niveau du son, du montage, de l’animation par ordinateur et des effets spéciaux. Marié deux fois et père de quatre enfants, il est également philanthrope. Il investit sa fortune dans l’éducation et l’art.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Lucas

Je a dit…

Joseph Campbell, né le 26 mars 1904 à New York et mort le 30 octobre 1987 à Honolulu, est un professeur, écrivain, orateur, anthropologue et mythologue américain, travaillant dans les domaines de la mythologie comparée et de la religion comparée. Il est notamment connu pour sa théorie du monomythe.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Campbell

Je a dit…

Joseph Campbell croyait que toutes les religions du monde, que tous les rituels et les déités, n'étaient que les “masques” d'une seule et même vérité transcendante qui serait “insaisissable" (inconnaissable). Il décrivait le christianisme et le bouddhisme, que l’objet en soit “la conscience de Buddha” ou “la conscience du Christ”, comme étant un niveau de perception au-dessus des “oppositions binaires” telles que le bien et le mal. Inutile de dire que beaucoup de religieux intégristes considèrent ses idées comme hérétiques.

“La vérité est unique, mais les sages la nomment de bien des façons”, est une phrase tirée des vedas qu'il aimait citer. Campbell était fasciné par ce qu’il voyait comme des sentiments et des vérités universels, s'exprimer sous différentes formes à travers les cultures. Il cherchait à démontrer que les religions orientales et occidentales sont identiques sur un plan de base, et que personne n’est dans le vrai, mais que tout le monde recherche la même réponse inconnue, et qui semble être insaisissable. Il s'intéressa aux différents codes moraux, les considérant paradoxalement comme à la fois incorrects et nécessaires. Comme les relativistes postmodernes, il voyait le bien et le mal comme des notions hautement subjectives, mais comme eux, il comprenait aussi qu'un système moral est nécessaire à quelqu'un étudiant la mythologie et la psychologie. De cette façon, il a réussi à fusionner les concepts du modernisme et du postmodernisme, bien que certaines de ses interprétations ont fait qu'il fut considéré comme un postmoderniste avant l'heure.

Dans sa série en quatre livres, Les masques de Dieu (The Masks of God), Campbell a essayé de résumer les principales histoires spirituelles du monde, afin d'étayer ses idées sur "l’unité de l'espèce humaine"; cette théorie inclut l'idée que la plupart des systèmes de croyances du monde ont un ancêtre géographique commun, partant des prairies fertiles d’Europe durant l'âge du bronze puis allant jusqu'au Levant et jusqu'au croissant fertile de la Mésopotamie avant de revenir en Europe (et en Extrême-Orient), où ils se mélangèrent avec la culture émergente Indo-européenne (Aryens).

Il croyait que toutes les formes de spiritualité ne sont que la recherche d'une même force inconnue (qu'il qualifiait d'immanente plutôt que de transcendante, ou qui serait en même temps intérieure et extérieure, par opposition à comme étant seulement extérieure) et de laquelle tout proviendrait, dans laquelle tout existe, et à laquelle tout retournera. Il se réfère à cette force comme étant la connotation de ce qu’il appelait “métaphore”, les métaphores étant la manière dont il nommait les différentes divinités et objets de spiritualité dans le monde.

Je a dit…

Dans son essai de 1949, Le Héros aux mille et un visages (The Hero with a Thousand Faces), paru en français sous le titre de Les Héros sont éternels, Campbell expose sa théorie du monomythe, affirmant que tous les mythes suivent les mêmes schémas archétypaux.

Ainsi tous les héros mythiques débuteraient leur périple à la suite d'un « appel à l'aventure » - ce qui implique que le héros quitte l'environnement dans lequel il a grandi. Il devra ensuite faire face au « gardien du seuil », premier obstacle dans son voyage qui, une fois franchi (la plupart du temps avec l'aide d'un mentor ou d'un guide spirituel), lui permettra de pénétrer dans un monde plus spirituel - généralement représenté par une forêt sombre, un désert, une grotte ou bien encore une île mystérieuse. Il va y subir une série d'épreuves lui permettant de dépasser son mentor et d'accomplir enfin l'objet de sa quête (le plus souvent une réconciliation avec le père, une union sacrée ou une apothéose) représentant symboliquement l'émancipation. Il retournera ensuite chez lui complètement transfiguré par l'expérience de son voyage initiatique.

Campbell soutient que quasiment tous les héros mythiques, quelles que soient l'époque et la culture dans lesquelles ils vivent, suivent un parcours contenant au moins une partie de ce schéma. Dans des œuvres plus contemporaines, les trilogies Star Wars, Matrix, et Le Seigneur des anneaux collent de très près à ce schéma archétypal.

Je a dit…

Isaac Asimov, né vers le 2 janvier 1920 à Petrovitchi (en Russie) et mort le 6 avril 1992 à New York aux États-Unis, est un écrivain américano-russe, naturalisé en 1928, surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Asimov

Je a dit…

L’Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain est un ouvrage rédigé par l'historien britannique Edward Gibbon et originellement publié en anglais de 1776 à 1788 sous le titre de Decline and Fall of the Roman Empire. L'ouvrage a été traduit en français une première fois en 1795, repris en français plus moderne en 1812 ; d'autres éditions ont suivi jusque dans les années 2000.

Dans cet ouvrage encyclopédique, Edward Gibbon retrace l'histoire de la Rome antique entre 180 et 453 et s'attache à déterminer les causes de sa décadence. De plus, il propose une histoire de l'Europe et de l'Église catholique pour la période s'étendant de 98 à 1590.

Je a dit…

Alastair Reynolds, né le 13 mars 1966 à Barry au pays de Galles, est un auteur britannique de « hard » science-fiction et de space opera. Il a acquis une reconnaissance littéraire avec les romans qui constituent son Cycle des Inhibiteurs.

Une partie des nouvelles qu'il écrit entre 1989 et 1999 dessinent un univers cohérent. De "Un espion sur Europe" (1997) et "Galactic North" (1999), publiés par Interzone, à "The Great Wall of Mars" (en 2000, chez Spectrum SF), ces histoires forment un socle pour l'univers du cycle des Inhibiteurs, que l’on retrouvera dans ses romans.

Son premier roman, "L'Espace de la révélation", publié en 2000 en Grande-Bretagne, est un succès critique et public très rapide. Son space opera ne compte ni planète impériale, ni bataille galactique, ni faune extra-terrestre : au contraire, incapables de dépasser la vitesse de la lumière, les Humains se déplacent rarement et lentement dans un univers semé des traces d’anciens extra-terrestres disparus et de machines intelligentes destructrices. Le scénario est complexe, sombre et torturé. Les Inhibiteurs, ennemis de la race humaine, sont, comme les Bersekers de Fred Saberhagen, des machines programmées pour détruire toute forme de vie intelligente.

Quatre romans sont parus, qui forment le Cycle des Inhibiteurs, et plusieurs nouvelles participent du même ensemble, dont deux ont été traduites en français à ce jour.

En 2009, il souhaitait s'atteler à une trilogie de romans sur le thème de l'exploration de la galaxie par l'Homme, dans les 11 000 prochaines années. L'Afrique y serait notamment le foyer des futures technologies. Ce projet lui a été inspiré par sa visite du centre spatial Kennedy et sa volonté de montrer l'exploration de l'espace, selon lui importante pour la survie de l'espèce humaine, sous un jour plus positif.

Bien qu'il soit parfois associé au courant de la hard science-fiction et qu'il admette que son œuvre puisse être considérée comme telle, Alastair Reynolds déclarait en 2009 « ne pas aimer beaucoup d'ouvrages publiés comme hard SF », ajoutant que « la plupart était des conneries réactionnaires et de droite ». À cet égard, il a fustigé l'influence de l'américain Robert Heinlein sur la science-fiction5. Toutefois, l'auteur britannique se défend de vouloir introduire des éléments politiques dans son œuvre, à la différence de son compatriote China Miéville.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alastair_Reynolds

Je a dit…

Iain Menzies Banks, né le 16 février 1954 à Dunfermline dans le Fife et mort le 9 juin 2013 (à 59 ans), est un écrivain écossais qui publie ses romans grand-public sous le nom de Iain Banks et ses romans de science-fiction sous le nom de Iain M. Banks. Il a étudié l'anglais et la philosophie à l'université de Stirling. En 2009 il devient membre de la Royal Society of Literature.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Iain_Banks

Je a dit…

John Ronald Reuel Tolkien, plus connu sous la forme J. R. R. Tolkien, est un écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais, né le 3 janvier 1892 à Bloemfontein et mort le 2 septembre 1973 à Bournemouth. Il est principalement connu pour ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

Après des études à Birmingham et à Oxford et l’expérience traumatisante de la Première Guerre mondiale, John Ronald Reuel Tolkien devient professeur assistant (reader) de langue anglaise à l’université de Leeds en 1920, puis professeur de vieil anglais à l’université d’Oxford en 1925 et professeur de langue et de littérature anglaises en 1945, toujours à Oxford. Il prend sa retraite en 1959. Durant sa carrière universitaire, il défend l’apprentissage des langues, surtout germaniques, et bouleverse l’étude du poème anglo-saxon Beowulf avec sa conférence Beowulf : Les Monstres et les Critiques (1936). Son essai Du conte de fées (1939) est également considéré comme un texte crucial dans l’étude de ce genre littéraire.

Tolkien commence à écrire pour son plaisir dans les années 1910, élaborant toute une mythologie autour de langues qu’il invente. L’univers ainsi créé, la Terre du Milieu, prend forme au fil des réécritures et compositions. Son ami C. S. Lewis l’encourage dans cette voie, de même que les autres membres de leur cercle littéraire informel, les Inklings. En 1937, la publication du Hobbit fait de Tolkien un auteur pour enfants estimé. Sa suite longtemps attendue, Le Seigneur des anneaux, est d’une tonalité plus sombre. Elle paraît en 1954-1955 et devient un véritable phénomène de société dans les années 1960, notamment sur les campus américains. Tolkien travaille sur sa mythologie jusqu’à sa mort, mais ne parvient pas à donner une forme achevée au Silmarillion. Ce recueil de légendes des premiers âges de la Terre du Milieu est finalement mis en forme et publié à titre posthume en 1977 par son fils et exécuteur littéraire Christopher, en collaboration avec Guy Gavriel Kay. Depuis, Christopher Tolkien publie régulièrement des textes inédits de son père.

De nombreux auteurs ont publié des romans de fantasy avant Tolkien, mais le succès majeur remporté par Le Seigneur des anneaux au moment de sa publication en poche aux États-Unis est à l’origine d’une renaissance populaire du genre. Tolkien est ainsi considéré, pour certains, comme le « père » de la fantasy moderne. Son œuvre a eu une influence majeure sur les auteurs ultérieurs de ce genre, en particulier par la rigueur avec laquelle il a construit son monde secondaire.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/J._R._R._Tolkien

Je a dit…

China Tom Miéville, né le 6 septembre 1972 à Norwich en Angleterre, est un auteur de romans qui se joue des genres littéraires : science-fiction, horreur, fantastique, roman noir figurent parmi ceux qu'il a délibérément utilisés et mélangés dans ses œuvres à ce jour1. Miéville qualifie son travail de « weird fiction » (« weird » en référence à la fiction d'horreur du début du XXe siècle qui mélange pulp et horreur, comme celle de Howard Phillips Lovecraft) et a été rangé par la critique dans un groupe informel d'auteurs nommé « new weird », rassemblés par leur volonté de faire sortir la littérature de fantasy des clichés imposés par les successeurs de John Ronald Reuel Tolkien.

China Miéville cite Michael de Larrabeiti, John Harrison et Mervyn Peake parmi les auteurs qui l'ont influencé.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/China_Mi%C3%A9ville

Je a dit…

China Miéville a grandi avec sa sœur Jemima dans une maison du nord-ouest de Londres, dans le quartier de Willesden. Ses parents s'étant séparés quand il était très jeune, c'est sa mère, une ancienne hippie très engagée, qui s'est occupée d'eux, tout en se formant au professorat. China Miéville raconte n'avoir jamais vraiment connu son père, rencontré quatre fois avant le décès de ce dernier au milieu des années 1990. En dépit des conditions modestes du foyer, China Miéville se souvient d'une « belle enfance », et d'une jeunesse entourée d'amis, passée à « jouer à des jeux de rôle, lire, dessiner, écrire et plus tard à faire de la politique ». Élève boursier, à 11 ans, il commence à suivre des cours dans des écoles privées, dont deux années inscrit en internat. En 1991, il rentre à l'université de Cambridge, et abandonne rapidement des études de lettres pour l'ethnologie.

À 18 ans, il part pour l'Égypte, puis le Zimbabwe afin d'enseigner l'anglais. Le chaos urbain du Caire le marquera et il s'en inspirera pour la Cité-État Nouvelle-Crobuzon. Il développera de cette expérience un vif intérêt pour la culture arabe et la politique du Moyen-Orient. Il est diplômé en ethnologie (Cambridge et London School of Economics). Sa thèse Between Equal Rights: A Marxist Theory of International Law, inspirée des idées de Evgueni Pachoukanis, a été publiée en 2004.

Je a dit…

China Miéville a déclaré qu'il comptait écrire des romans dans chaque genre . Dans son œuvre, on trouve ainsi des emprunts à la littérature western américaine (Le Concile de fer), à celle de l'aventure maritime (Les Scarifiés) ou au roman noir (The City and the City). Mais la plupart des romans de China Miéville décrivent des mondes imaginaires ou empreints de surnaturel, où la magie est souvent à caractère scientifique, si bien que son œuvre mélangeant science-fiction, fantasy et fantastique est généralement classée dans la catégorie plus large des littératures de l'imaginaire. Miéville considère John Harrison, Michael de Larrabeiti, Michael Moorcock, Thomas Disch, Charles Williams, Tim Powers et J. G. Ballard comme ses « héros » littéraires. Mais il apprécie aussi H. P. Lovecraft et Clark Ashton Smith, auquel selon lui rend hommage l'étiquette « weird fiction » qu'on lui accole et qu'il accepte. Il puise son inspiration dans des éléments grotesques et horrifiques, sur « une frontière floue entre le fantastique et la science-fiction ». Dans son œuvre, le grotesque apparaît sous la forme de personnages hybrides ou de figures monstrueuses que China Miéville apprécie notamment pour leur caractère « hautement polysémique »5. Aussi se réjouit-il des tentatives de « créer des monstres qui n'ont jamais existé auparavant ».

Miéville a beaucoup joué à Donjons et Dragons et à des jeux de rôle similaires pendant sa jeunesse. Par ailleurs, dans le numéro de février 2007 de Dragon Magazine, l'univers de ses livres a été adapté pour les règles de Donjons et Dragons. En 2008, il avait même été annoncé que le studio Adamant Entertainment développerait Tales Of New Crobuzon, un RPG fondé sur le monde du Bas-Lag, univers fictionnel créé par l'auteur. À l'origine prévu pour une sortie en 2009, le jeu n'a toujours pas vu le jour. En 2010, Miéville a fait sa première incursion dans l'écriture pour le jeu de rôles en contribuant au Pathfinder Chronicles: Guide to the River Kingdoms (PFRPG).

Miéville a explicitement souhaité que la fantasy s'éloigne de l'influence de J. R. R. Tolkien qu'il a critiqué comme étant réactionnaire et abêtissant. Dans une contribution à la Socialist Review, il déplore le manichéisme et le conservatisme qui caractérisent selon lui Le Seigneur des anneaux.

L'intérêt de Miéville envers la vie politique, ainsi que ses conceptions de la littérature, apparaissent en filigrane dans ses livres (notamment dans Le Concile de fer). Des débats sur les relations entre politique et écriture l'opposent fréquemment à des écrivains de droite lors des salons littéraires[réf. souhaitée]. Marxiste convaincu, Miéville a toutefois déclaré : « Je ne suis pas un vil gauchiste qui essaie de faire passer en douce son pernicieux message via des romans de fantasy. Je suis un fan de science-fiction et de fantasy, j'adore les deux. Et quand j'écris mes romans, je n'écris pas pour faire valoir des points de vue politiques. »